Coup de chaud avant le coup de feu

 » Le meilleur dans l’amour, c’est quand on monte l’escalier.  » Le Tourdumondiste ne peut pas en dire autant avant de se lancer dans le grand bain. Mais à un mois de nous jeter à l’eau, on est plutôt d’accord avec Clémenceau.

L’enthousiasmante perspective de partir à la guerre, prime sur l’embarras du choix des armes. D’autant que nous sommes dans les clous, d’où la relative sérénité qui nous habite. Ne pas se louper en amont, pour embrasser ce rêve dans les meilleures conditions. Pari relevé, pour le moment.

Visas, vaccins, équipement : le plus gros du boulot est fait. Reste à finaliser la mise entre parenthèses de notre « autre » vie. Les derniers papiers, rédigés dans l’exiguïté de la rédaction de  » Sud Ouest  » Cognac, sont plus longs à « gratter ». Les ultimes pages, plus difficiles à monter. On piaffe, mais la mise en veille de notre vie d’avant exige du temps, et pas mal d’énergie. C’est ça la vie d’étudiante, de journaliste.

Déménager, résilier Canal, penser à l’EDF, faire la procuration que ta mère te réclame depuis un mois, prévenir les impôts, vendre ta tire… une « to do list » encore loin d’être exhaustive. Voilà pour le côté face.

Mais à côté de ça, autant vous dire que l’effluve boisée de l’aventure parfume notre quotidien. Bien choisir sa moustiquaire, opter pour un sac de compression level Ligue des Champions… maintenant, on sait faire. A deux-trois babioles près, notre  » backpack » est prêt.

Sur le plan des visas et vaccins, on est aussi dans le bon tempo. Dans un ou deux rappels, Ce sera good. Et on deviendra peut-être même des Dindons bioniques, Puisqu’on fréquente autant les cabinets de généralistes que nos waters.

Pour ce qui est des tampons collectés sur notre petit livret pourpre, on est déjà très fier d’arborer ceux du Népal et de l’Inde. Faut pas le dire trop fort, mais du coup, Salma se prend déjà pour Indiana Jones.

On est tellement prêt, qu’on bénéficie d’un laps de temps suffisant pour solliciter une école népalaise, dans le but d’y effectuer quelques jours de bénévolat. Le club de l’US Cognac participe aussi à l’aventure à sa façon, en nous fournissant du matériel déstiné à une école de rugby cambodgienne. L’idée étant de donner un véritable sens à ce voyage.

Une sorte de remerciement anticipé au monde, que l’on étreindra bien fort, sur toute sa longitude, pendant 10 mois.

4 réflexions sur “Coup de chaud avant le coup de feu

  1. Anna dit :

    Moi j’ai un contact avec une chouette école dans le sud du Népal, dans le chitwan. L’asso c’est mission muskaan. Y a moyen d’être bénévole dans un orphelinat bouddhiste du fin fond du Népal..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s