Delhi d’initiés

La mégalopole aux 22 millions d’habitants nous a réservé bien des surprises. Retour sur quatre premiers jours du genre dépaysants.

La crasse des rues de Delhi tranche avec la courtoisie de ceux qui les arpentent. Un constat dressé dès nos backpack posés dans un hôtel miteux du très populaire quartier de Paharganj. Une chambre aux peintures fanées par le temps, aux boiseries moisies par l’humidité ambiante. Un « cocon » qui plus est dénué d’eau chaude. De quoi se mettre dans le bain. Avant de nous jeter à l’eau et de découvrir les surprises réservées par la capitale indienne.

Des vaches d’une maigreur infinie au museau constamment fourré dans de larges containers à poubelle, un mélange d’odeurs pestilentielles, une circulation anarchique, des trottoirs jonchés de détritus en tous genres, une chaleur suffocante à laquelle se greffe une humidité étouffante, et des amas d’immondices baignant dans d’impressionnantes flaques d’eau boueuses. Voilà pour le côté face. Fort heureusement pour l’Inde et pour nous, le tableau ne se limite pas à la pauvreté d’un pays où la mendicité est évidemment monnaie courante. Et où il  n’est pas rare d’enjamber, sur le pavé, deux ou trois gamins pionçant dans les bras de leur mère.

 

 

DSC00082.JPG

Les rues de Delhi

On nous avait prévenu. Mieux valait-il se détacher de nos règles et des codes régissant notre vie sociale. La réalité indienne nous l’a sèchement rappelé.

Un constat qui tranche avec le mode de vie particulièrement sain d’une population bien à cheval sur certains principes. A l’image d’une culture culinaire essentiellement végétarienne. Si le poulet et le mouton tiennent malgré tout une place de choix, celle de la faune en général est plus prépondérante encore dans la conscience collective. Ce qui se justifie principalement par la sacralisation de l’animal chez les Hindouistes.

DSC00016.JPG

Premier repas végétarien au Rajastani

Au-delà de ces considérations culinaires, et en dépit de la promiscuité de la plupart de ses quartiers, Delhi n’est pas une ville on l’on se sent particulièrement en danger. Le pacifisme prôné par Gandhi nous semble toujours tenir une place de choix sur l’échelle des valeurs indiennes.

En termes de patrimoine architectural et d’histoire, Delhi s’est avéré en-deçà de nos attentes, si l’on excepte le temple du lotus ou le tombeau du roi Humayun.

DSC00238

Tombeau d’Isa Khan 

DSC00283.JPG

Tombeau d’Humayun

DSC00294.JPG

Temple du Lotus

Si la philosophie et le mode de vie nous a plutôt séduit, la capitale indienne nous a laissé sur notre faim. De par tout ce qui a déjà été évoqué, mais également en raison de la cupidité d’une large frange de la population, prête à instaurer une relation de confiance pour mieux vous sous-tirer quelques centaines de roupies. Agaçant, mais loin d’être révoltant. Depuis notre bonne vieille France, on imagine difficilement l’écart qui nous sépare du mode de vie de l’Indien moyen.

DSC00166

Salma et Bapi dans les salons du Sheraton… oui môssieur !!!

Dans ce flux de quidams qui parfois vous marqueront pour une vie, il y a Bapi. Un golden boy indien de 37 ans aux tempes dégarnies et au sourire communicatif. Notre histoire l’a fait rire, on s’est lié d’amitié, et ce richissime homme d’affaire s’est amusé à nous balader aux frais du prince des salons du Sheraton à ceux Palace Eros, en passant par quelque-uns des endroits les plus branchouilles de la capitale. La classe à Delhi. On n’était pas la pour ça, mais on a pris. D’autant que les connaissances de ce millionnaire à l’indéniable sens de l’hospitalité, sur la culture ou la politique de son pays, n’ont fait qu’accroître l’intérêt porté au bonhomme. Une vraie belle rencontre.

En tout état de cause, ces premiers jours furent riches en émotions, et la suite s’annonce plus belle encore à l’heure où nous atteignons le Radjastan après 11 heures de route pour en faire le tour… en 14 jours.

Dindonnement votre.

4 réflexions sur “Delhi d’initiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s