Sous le charme d’une longue histoire

La seconde partie de notre périple rajasthani nous a conduits d’Udaipur à Jaïpur, en passant par Anakpur et Pushkar. Voyage à travers le temps.

A l’issue de notre tour du Rajasthan, on a mieux saisi la raison pour laquelle le mythique James Bond incarné par Roger Moore, avait traîné ses guêtres et son « Aston » jusqu’aux confins de l’une des plus belles provinces indiennes. Il faut dire qu’Udaipur et son cadre grandiose, collent assez bien à la peau du personnage. De même que l’éclatante blancheur du marbre rajasthani, s’accorde avec le smoking immaculé de 007.

Au-delà de ces considérations cinématographiques, on a tout de même été assez bluffé. L’héritage laissé par les conflits opposant Rajputs (Hindous) et Musulmans, avant que les Mongols ne s’adjugent une province morcelée en plusieurs états entre le haut moyen-âge et l’époque moderne (1818 et l’arrivée des Anglais), n’a pas grand-chose à envier au patrimoine historique de notre bonne vieille Europe. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la terre des rois, fut le théâtre des fantasmes les plus fous des différentes générations de Maharadjas. Il n’y à qu’à s’attarder sur la délicatesse des ornements, la finesse des sculptures, ou sur les monumentales proportions des forts, temples et mausolées de la plupart des cités rajasthanis, pour mesurer la splendeur de cette histoire.

A l’image du temple de Ranakpur , élevé au XVe siècle par un riche marchand (Dharna Sah) en hommage à Adinatha, premier des 22 Thirtankara à avoir atteint le nirvana grâce aux préceptes du jaïnisme. Une religion minoritaire en Inde (0,9%) articulée autour de cinq principes (non-violence, vérité, célibat et chasteté, non-possession, pas de vol), dont l’influence fut capitale puisqu’elle inspira Gandhi dans sa démarche pacifiste. L’édifice de marbre blanc se compose de 29 salles, et de 80 coupoles soutenues par 1444 piliers tous sculptés de façon différente. Du boulot d’orfèvre.

Le temple de Ranakpur

Ranakpur, érigé aux confins des verdoyantes provinces rajasthanies

Ranakpur et la finesse de son architecture jaïn

Deux des 22 Thirtankaras

D’un point de vue architectural, les 400 temples de Pushkar valent aussi le coup d’oeil. Ce haut lieu de pèlerinage hindou est aussi célèbre pour sa foire au chameau, que pour le lac sacré autour duquel la ville a été construite.  Et dans lequel les ablutions de la population locale, permettent de mieux cerner le poids de la religion au sein de la petite cité rajasthani.

L’un des temples les plus originaux de Pushkar. Façon Vegas.

Vue sur la ville et sur son lac, depuis un temple niché sur les hauteurs de la cité.

Le lac sacré de Pushkar. On y fait même sa lessive…

A Jaïpur, il est aussi question de lac. Celui de Sarobar est un peu le jardin du Jal Mahal (littéralement, le palais sur l’eau). Une sorte de palace flottant édifié au XIVe et restauré au XVIIIe par les Maharadjas rajasthanis, qui a donc vu James Bond sauver la veuve et l’orphelin en nœud pap’ noir et trois-pièces blanc.

Sauf que les vrais courageux, c’était les guerriers rajputs, comme on se l’est imaginé en arpentant les dédales du fort (un de plus) surplombant la « Pink city ». Un édifice aux allures de muraille de Chine, comme le rappelle l’ouvrage fortifié d’une dizaine de km reliant le fort d’Amber à celui de Jagarth. De quoi permettre le passage des troupes rajputs et de leurs éléphants de combat, dont les descendants paradent encore dans les écuries jouxtant les portes de Ganesh et du Soleil.

Vue sur la muraille depuis le fort d’Amber.

Le fort d’Amber près de Jaipur.

La porte du Soleil de la forteresse.

Le « Lake Palace » de 007.

Sur la route d’Agra et du Taj Mahal (province d’Uttar Pradesh), le temple Galataji, communément appelé «  monkey temple », impressionne moins de par les primates qui y résident que par sa beauté sauvage. Un ensemble architectural de style hindou engoncé dans les collines rajasthanis où les pélerins barbotent dans les eaux troubles du lac sacré. Un joli point final.

Le temple Galajati rassemble plusieurs édifices religieux.

Le temple du soleil et sa vue panoramique…

… sur Jaïpur.

Entre ablutions…

… et réhydratation.

 

Une réflexion sur “Sous le charme d’une longue histoire

  1. Mellado dit :

    Comme d’habitude ,le journaliste nous permet de de voyager à travers ces magnifiques paysages et nous laisse découvrir tous ces riches monuments chargés d’histoire.
    Photos très explicites !!!
    Continuez votre voyage à la découverte d’autres contrées insolites !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s