Kampot : la ville du poivre ne manque pas de sel

Après Phnom Penh, cap au sud du Cambodge. Où la frénésie de la capitale a laissé place à la quiétude d’une ville authentique
Hormis quelques amateurs de cannabis, venus s’enfumer dans la douceur de cette ville côtière, point d »occidentaux à l’horizon. Ce qui ne nous a toutefois pas laissé le loisir d’établir le contact avec la population locale, dont le niveau d’Anglais tutoie celui du bulot d’eau douce. Si notre arsenal ne se borna qu’aux mimiques et aux signes, pour commander nos bières en terrasse, la quasi-impossibilité de communiquer n’entrava en rien le bon temps passé sur les bords de la rivière Prek Tuek Chhou.
DSC08728
La rivière Prek Tuek Chhou

Surtout lorsqu’il s’est agi d’y voguer, au cours d’une mini-croisière de deux heures sur une péniche-resto effectuant une sortie quotidienne… à l’heure de l’happy hour. De quoi se délecter d’un bon Mai Tai (cocktail local) en compagnie de lucioles qui dès la nuit tombée, laissent apparaître leur scintillante silhouette fluorescente.
img_0378
La croisière s’amuse
A la lisière de la ville, une plantation de poivre tenu par des Français. Façon nouveaux colons. Mais a en juger par la qualité de la production, ces derniers ont au moins eu le mérite de trouver le bon filon. Car le « Kampot Pepper » provoque une explosion de saveurs. Long en bouche, frais et croquant sous la dent. Qu’elle soit noire, blanche ou rouge, servie en grain avec des cacahuètes, ou séchée puis moulue, la « baie des anges » flatte les papilles cambodgiennes malgré un coût prohibitif. Mais l’épice se marie si bien avec les cuisses de grenouilles, qu’il aurait été dommage de se priver de cette expérience.
DSC08636
La plantation de poivre vue de l’extérieur…
DSC08644
…Puis de l’intérieur
DSC08640
Le poivre long, quasiment inconnu chez nous
DSC07958
Grenouilles au poivre frais de Kampot
Quant au Disneyland du poivre, il se visite au bout d’un chemin aussi tortueux qu’escarpé d’une bonne dizaine de bornes, traversant une poignée de villages presque coupés du monde. J’entends encore Salma jacasser, depuis le siège arrière de notre scooter… « Arrête, arrête steuplé. On va mourir… »
DSC08589
4 voies vietnamienne
DSC08606
Jeunes funambules vietnamiens
DSC08629
Porte d’Orléans vietnamienne
Le palais enchanté et la panse bien tendue, on a donc repris le guidon en direction de l’un des plus fameux temple souterrain Hindou. Où les sculptures d’éléphants, de tortues et de cochons érodées par le temps et par l’eau qui s’infiltre lors de chaque mousson, laissent place à une caverne à peine dévoilée par les rayons de soleil qui la transperce. Spectaculaire, enchanteur, hors du temps…
DSC08669
Et vous, vous voyez quoi ?
DSC08677
L’entrée du temple souterrain
DSC08689
La minute spéléo…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s