Malaisie : bienvenue en « cosmopolitanie »

A l’image de sa capitale, qui n’était qu’un hameau il y a plus d’un siècle, la Malaisie en général, et Kuala Lumpur en particulier, ont connu un essor saisissant. Si les gratte-ciel de « KL » lui confèrent, avec  Bangkok et Singapour, le statut de ville la plus urbanisée d’Asie du Sud-Est, elle n’en reste pas moins une cité au charme rehaussée par l’hospitalité de son million et demi d’habitants
IMG_0442
Le musée du textile
On s’attendait à du béton, à des tours à n’en plus finir, à une mégalopole digne de Bangkok ou l’individualisme de la jungle urbaine aurait pris le pas sur les valeurs humaines entrevues depuis les prémices de nos pérégrinations asiatiques. Et puis finalement, nos attentes ont été comblées, nos craintes se sont évaporées. Fantasmagorique, pharamineuse, phénoménale. La capitale malaisienne nous a séduits sous bien des aspects. De ses tours Pétronas, monstres de fer  et de verre laminé, culminant à 541 m de haut au bout de ses 88 étages, à sa « KL » Tower, dont le charme un peu désuet tranche avec la contemporanéité de l’architecture urbaine. Un tableau de ce que l’Occident a de meilleur… en Extrême-Orient. Drôle de paradoxe, au sein d’une ville qui les cultives. Et ou la douceur de vivre ne semble pas altérée par la croissance exponentielle d’un pays qui se distingue aussi par la tolérance religieuse qui y règne.
 DSC09951
Les Twin Towers Petronas, de nuit
IMG_0473
Vue depuis le 84e étage
A l’instar de l’Indonesie, les cathédrales y jouxtent les mosquées. Hindous, Bouddhistes, Chrétiens et Musulmans y vivent en harmonie. Bienvenue en « Cosmopolitanie ».
DSC09829
Ça flâne dans les temples hindous…
Au-delà de ses lieux de culte aussi nombreux que variés, Kuala se bâtit une belle histoire, à défaut de se construire sur de vieilles traditions. Ses vestiges y sont donc peu nombreux et assez récents, comme l’incarne le « central market », son style art-deco et ses teintes pastel.
DSC09740
Le Central Market et son style art-déco
DSC09802
China town
Que l’on observe notamment depuis le « monorail », sorte de métro du futur juché sur de grandes voies surélevés plutôt qu’enfouis sous terre. Ce qui évidemment, jugule un trafic routier à la fluidité inégalée en Asie du Sud-Est. Ces axes désengorgés, sont aussi le fruit de la politique bon marché adoptée par les réseaux de transport en commun.
 DSC09736
Le métro malaisien
A Kuala, on se déplace pour peu et on y mange pour rien. Du falafel libanais au tom yum thaïlandais, en passant par la pizza italienne ou le sushi japonais, la quasi-totalité des cuisines du monde y sont représentés. La ville de tous les possibles se distingue également par la diversité de ses activités. Simulateur de Formule 1 – un sport quasiment érigé au rang de religion -, sky diving depuis les plus hauts buildings de la ville, aquarium sous-marins, tout est fait pour vous faire rêver, au sein, il faut bien le dire, d’une société ultra-consumériste. Mais qui ne semble pas cependant gangrénee par le paraître et l’argent. Un avis plus qu’un constat, nuancé par les centres commerciaux disproportionnés au sein desquels chaque catégorie sociale à son étage, en fonction du standing des boutiques qui s’y trouvent. Ce que l’on pardonnera cent fois à Kuala.
DSC00050
Les grottes de Batu, à la lisière de Kuala Lumpur
DSC09682
Le Central Park malaisien, jouxtant les tours Petronas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s